Dans l’atelier d’Isaüra

Isaüra observe avec un calme doux et bienveillant. Elle ne sourit pas, elle ne sourcille pas, elle semble même impassible, tel un psychologue appliqué et attentif. Elle interroge, note, écoute, mais se garde bien d’annoncer toute conclusion hâtive. Il n’en faut surtout pas, pas avant d’être passé(e) dans l’antre de son atelier…

Isaüra, coach de style – That’s Intrinsic

Salut tout le monde,

Avant de vous raconter mes aventures à Washington, je dois absolument revenir sur un moment fantastique que j’ai partagé avec Isaüra de That’s Intrinsic, conseillère en image de talent et de cœur. C’est important de vous en parler car depuis un certain temps je me balade dans le monde avec de nouveaux looks en mode incognito, mais il faut savoir que ces looks ont été composés par elle-même lors d’un shopping accompagné. Et bien que je n’aime pas trop faire du shopping, je dois vous dire que grâce à Isaüra j’ai découvert une approche du shopping bien agréable…

Nouveaux défis, nouveau style

Après les élections, j’ai ressenti le besoin de changer de style vestimentaire. Avec l’agence, j’ai à la fois un sentiment d’accomplissement. En effet, j’ai eu de beaux marchés cette année, les projets sont réussis, je me réalise à travers cet entreprenariat.  Et à la fois, j’ai le sentiment que ce n’est pas assez… Les commandes sont encore trop espacées et je n’ai pas encore de marchés dans le sud comme je le souhaiterais. En bref, je ne suis qu’à la première année de la vie de l’entreprise ! Donc cette année est peut-être prometteuse d’un avenir plus serein, mais ça suppose que je ne me repose pas sur mes lauriers et que je poursuive le travail de  recherche de clients.

Je suis une professionnelle de la communication et moi-même j’insiste auprès de mes clients pour qu’ils soignent leur apparence quand c’est nécessaire. Le cordonnier ne sera pas mal chaussé, je dois aussi m’assurer de toujours renvoyer par ma posture, mon allure, mon attitude et ma tenue, le bon message. D’où l’importance de travailler mon style vestimentaire.

Ainsi, ai-je profité de mon séjour à Paris au mois de juin pour prendre rendez-vous avec Isaüra. J’avais fait sa connaissance dans une rencontre organisée par l’Adie de Paris, et plus tard j’ai eu le bonheur de tomber sur sa page Facebook grâce à la magie des réseaux sociaux. Je lui ai donc envoyé un message à travers sa Page pro et nous avons pris rendez-vous sur deux jours pour une analyse morphologique, une analyse colorimétrique et un shopping accompagné.

Jour 1 : Analyses morphologique et colorimétrique

Le petit interrogatoire d’Isaüra…

Le premier jour était dédié aux analyses morphologique et colorimétrique. Mais avant de passer dans son atelier, nous avons pris le thé dans le salon et j’ai été soumise à un petit interrogatoire… C’est à  ce moment là qu’… :

Isaüra observe avec un calme doux et bienveillant. Elle ne sourit pas, elle ne sourcille pas, elle semble même impassible, là, dans son fauteuil, tel un psychologue appliqué et attentif. Elle interroge, note, écoute, mais se garde bien d’annoncer toute conclusion hâtive. Il n’en faut surtout pas, pas avant d’être passé(e) dans l’antre de son atelier…

Rien de bien méchant, les questions cherchaient à savoir mes motivations à changer de style et mes goûts. Ensuite nous sommes passées à la partie analyses dans son fameux atelier.

L’atelier… mais quel atelier de rêve !

Il faut que je vous parle de son atelier. La déco minimaliste et délicate qui fait qu’on a envie d’y rentrer et d’y rester, l’agencement de façon fonctionnelle qui fait qu’on sait instinctivement comment la séance va se dérouler et le tout… Le tout de cet atelier qui dégage un je ne sais quoi… mais moi je sais que j’y suis rentrée et que je me suis sentie comme sur un petit nuage. À ce moment-là je prenais soin de moi… Cet atelier est un atelier de rêve.

L'atelier de rêve 1

Vue 1 de l’Atelier d’Isaüra – That’s Intrinsic

L'atelier de rêve 2

Vue 2 de l’Atelier d’Isaüra – That’s Intrinsic

Analyse morphologique (qu’elles coupes me vont)

Nous avons d’abord fait l’analyse morphologique et là ce fût la déchirure… Je ne vais pas vous détailler tous les types de morphologies, j’avoue que je n’ai pas tout retenu. En tout cas, sachez que je croyais et je voulais avoir un peu de hanche… un peu de courbes… Eh bien non ! Je n’en ai pas ou très peu, en tout cas pas assez pour avoir une autre forme qu’une forme en… H (voir V-H) ! Avec des épaules carrées ! Vous voyez cette photo à droite ? Eh bien ce n’est pas ma coupe idéale [bug]. Pour moi, pas de taille marquée, ni même marquée discrètement par une simple couture… En même temps, c’est vrai que mis à par cette robe Naf Naf, je me disais bien au fond de moi que beaucoup de ces robes marquées à la taille ne m’allaient pas trop. Mais bon… le plaisir de les voir si jolies me menait à l’envie de les porter… Ceci dit, avoir une forme en H, je vous rassure, ce n’est pas la fin du monde. Car si j’ai dû dire au revoir à certaines coupes, j’ai dit : Bonjour aux coupes droites ! Elles me vont très bien (évidemment !).

Analyse colorimétrique (qu’elles couleurs près du visage me vont)

Ensuite nous sommes passées à l’analyse colorimétrique. Devant une glace avec un éclairage blanc, cette partie consistait à passer les une après les autres, des bouts de tissus de couleurs différentes près du visage pour voir comment celui-ci réagit à certaine couleur. Il faut savoir que c’était fascinant de voir le visage se tenir et s’illuminer en fonction des couleurs. Et là… deuxième choc… Le doré ne me va pas ! Exit mes boucles-d’oreille dorée, exit mes costumes dorés…, exit mon maquillage or, exit, exit tout ça… Mais… Bonjour l’or blanc et l’argent, bonjour mon superbe costume bleu et argenté ! Les couleurs qui me siéent le mieux près du visage sont les couleurs froides. Fort heureusement, mis à part les boucles d’oreilles, j’ai déjà beaucoup de vêtements de couleur froide dans ma garde-robe :).

Analyse colorimétrique… volontairement sans maquillage pour être sûres du résultat.

Une attitude pro et respectueuse

J’ai vraiment apprécié ce moment d’analyses. Avec Isaüra on n’est pas devant le/la professionnel(le) qui vous explique que : comme il est pro vous devez l’écouter et c’est tout… Elle a été très didactique. Elle m’a d’abord expliqué comment les analyses fonctionnent, j’ai émis des hypothèses selon ce fonctionnement, ensuite elle validait ou invalidait en m’expliquant toujours pourquoi. Par conséquent, ce moment fut très agréable, fait de discussions et d’échanges enrichissants. Ah ! j’admire ces entrepreneur(e)s à l’attitude pro et respectueuse.

Jour 2 : Shopping accompagné

Le lendemain nous sommes retrouvées devant les Galeries Lafayette. Vous vous souvenez ce que j’ai dit plus haut ? Le shopping ce n’est pas mon truc, et ce, particulièrement dans les centres commerciaux ! Eh bien, j’avoue que j’ai été agréablement surprise : Isaüra avait une idée précise des magasins qu’il fallait consulter. Donc je n’ai pas eu le sentiment de perdre du temps. Le jour et l’horaire étaient aussi bien choisis, il n’y avait trop d’affluence. Et puis tout simplement, j’ai trouvé que ce shopping accompagné avec Isaüra était formidable. À plusieurs moments on rigolait aux éclats comme de vieilles amies ; mon budget a été respecté à la virgule près ; toutes les tenues choisies sont au top. Du coup, moi qui n’aime pas trop faire les magasins, jusqu’à aujourd’hui je souris en repensant à ce moment « shopping » avec elle.

Chez Massimo Dutti

Sélection attentive

Chez Massimo Dutti

Une main choisit, l’autre porte

Cabines Massimo Dutti

En mode : observation de style

Sourire extra large

Le tout dans la bonne humeur

Conclusion…

Je suis très heureuse d’avoir fait ce choix de retravailler mon style vestimentaire. Il faut savoir qu’avec le peu de publications partagées où je porte mes nouveaux looks, j’ai reçu énormément de compliments ! Et à Washington certaines personnes s’arrêtaient pour complimenter mes tenues… Je suis donc vraiment satisfaite, j’insiste. Et je suis encore plus satisfaite d’avoir fait ce coaching de style avec Isaüra de That’s Intrinsic qui a su me donner des conseils précieux et qui a une personnalité en or. Alors, si vous aimez les vrais professionnels et le travail bien fait, je vous la recommande vivement. En plus, ça tombe bien ce samedi elle organise un évènement spécial rentrée : un atelier collectif mode professionnelle. Donc, si vous êtes à Paris samedi et que ça vous intéresse inscrivez-vous vite, le nombre de place est limité !

Merci Isaüra

 

*Une fois n’est pas coutume, j’ai débuté un brouillon début juillet à Montpellier, commencé à rédiger mi-août à Washington, et j’ai repris ce dimanche à Montpellier. Entre-temps il y a eut la fin de la mission « Black dolls », l’exposition dont je dois absolument vous parler et ce, dans le détail… Ensuite, à peine le pied posé à Montpellier, il y eut un rush pas possible pour élaborer toute la campagne de communication des 10 ans du Théâtre de Macouria. C’était vraiment la course… mais on gère ! Cette semaine a démarré avec un rythme plus calme. Je peux enfin trouver un peu de temps pour préparer les publications qui vont relater « Black dolls » à Washington. J’espère que vous serez au rendez-vous car ça promet. À très bientôt !

 

 

On termine avec quelques photos du lendemain « stylé » à l’Assemblée nationale ????

 

Auto-portrait

 

Devant l’ascenseur de la Tribune de la presse, Merci J-P

 

Le verre mérité au Bourbon après une longue journée

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • J’aime bien le nouveau look. Très classe. Et j’aime aussi cette recherche du mieux. Mais pour revenir à la petite robe fleurie, je dirai que bien coupée, une robe laisse croire à l’existence des formes qu’elle est sensée relever. En cela la robe a parfaitement atteint sa mission et je trouvais fort mignonne dans ta petite robe.
    Je crois qu’en fait et tu l’as dit, tout est lié à l’image que l’on veut donner de soi. D’ailleurs on peut avoir un look  » travail  » et un autre totalement différent pour la détente et les sorties. Ce look-là que l’on réserve aux intimes…
    Bises et grand bravo à Isaüra. Elle fait un beau métier.